Passer au contenu

Mercedes EQG : un 4×4 de luxe à quatre moteurs électriques qui fait des 360° sur lui-même

Les premières images du futur classe G électrique montrent un énorme 4×4 électrique particulièrement habile.

Dévoilé l’an dernier, le concept de Classe G électrique commence à se montrer. Le futur EQG arrivera en 2024 sur les routes et il devrait beaucoup faire parler. Version électrifiée de l’un des modèles cultes de la marque à l’étoile, ce 4×4 pas comme les autres a pu être pris en main par une poignée de journalistes américains, qui en ont également profité pour glaner quelques informations plus d’un an avant sa sortie.

Cette version camouflée à laquelle nos confrères américains ont eu accès reprend à priori les traits du concept EQG… et la partie thermique de l’actuelle classe G ! En effet, il semblerait que les ingénieurs de Mercedes se soient amusés à ajouter non pas un mais quatre moteurs électriques sur une base thermique déjà bien garnie. Chacun de ces quatre moteurs est associé à une boîte de vitesses à deux rapports, ce qui explique pourquoi le classe G électrique sera doté finalement d’une boîte mécanique permettant de jouer sur les rapports en fonction du terrain sur lequel il évolue. « Dès le départ, il a été décidé que le Classe G électrique devait être au moins aussi performant que le modèle à moteur à combustion interne, tant sur route que hors route », explique Emmerich Schiller, le patron du projet. « Nous ne voulions pas faire de compromis sur les capacités », poursuit-il. En conséquence, le futur EQG proposera « un ensemble inégalé de luxe et de capacités off road pour un véhicule électrique ».

Le 4×4 roi de la piste

Ces quatre moteurs (un par roue) seront associés à une énorme batterie de 100 kWh placée dans le plancher. Mais en raison des capacités de franchissement du véhicule, les cellules devront subir un traitement spécial. En effet, elles seront placées dans un caisson hermétique afin de permettre à l’EQG de traverser des gués même profonds. Compte tenu de ces spécificités, l’un des défis que le classe G électrique devra relever est celui du poids. En effet, si pour chaque véhicule électrique le poids a une incidence sur l’autonomie, dans le cas du classe G, un autre danger guette. En effet, l’objectif actuel de Mercedes est de faire passer son EQG sous la barre des 3,5 tonnes. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’au-delà de ce seuil, il faudra un permis poids lourd pour le conduire.

Malgré un poids conséquent, l’EQG se montre déjà très habile. À n’en point douter, la démonstration qui a le plus fait parler nos confrères américains, c’est celle de la fonction « G-Turn », un mode dans lequel le 4×4 peut faire des demi-tours sur place. Comment ? Grâce à un système intelligent qui permet de calculer précisément la quantité de couple reçue par chaque roue et de re-distribuer la puissance afin de créer ce mouvement rotatif. Mais Schiller précise qu’il ne s’agira pas de la seule prouesse technique de l’EQG et qu’au contraire celui-ci devrait proposer des capacités tout-terrain d’un « tout nouveau niveau ».

Source : Autocar


Dimitri Charitsis
Journaliste
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.