Passer au contenu

Cette maison imprimée en 3D, entièrement recyclable, n’utilise que des matériaux naturels

Des chercheurs américains ont construit une habitation dans un délai très court à partir de fibres de bois et de résines d’origines naturelles.

La pénurie de logements dans certaines régions, mais aussi la pénurie de main-d’œuvre, pourrait être résolue grâce à de nouvelles techniques de construction et de nouveaux matériaux. C’est en tout cas ce qui ressort de travaux menés par des chercheurs de l’Advanced Structures and Composites Center (ASCC) de l’Université du Maine, aux États-Unis.

Alors que la plupart des projets de construction exploitant la technologie de l’impression 3D utilisent des matériaux comme du béton et des techniques de construction somme toute traditionnelles, les chercheurs de l’ASCC ont opté pour une tout autre option.

Une maison en fibres de bois et en résine biosourcée

Pour construire leur prototype d’un peu plus de 55 m², les chercheurs n’ont utilisé que des matériaux naturels. Ils ont ainsi imprimé en 3D des sols, des murs et la toiture de l’édifice en utilisant un mélange de fibres de bois d’origine durable et de résines biologiques. Afin d’assurer une construction aussi rapide qu’efficace, ils ont choisi d’imprimer en 3D quatre modules séparés. Il n’a ensuite fallu qu’une demi-journée pour les assembler et seulement quelques heures pour connecter la maison au réseau électrique. Une durée bien moins importante que pour construire une maison traditionnelle, d’autant plus que leur BioHome3D (c’est le nom de leur prototype de maison) est totalement recyclable.

Une construction écoresponsable qui résout la pénurie de logement et de main-d’œuvre

Si l’équipe de chercheurs a mené ces travaux dans le but de trouver une solution à la pénurie de logements et de main-d’œuvre aux États-Unis, leurs travaux pourraient parfaitement s’appliquer aux pays connaissant des problèmes similaires. Surtout, cette BioHome3D pourrait résoudre l’un des plus gros problèmes liés aux constructions traditionnelles : l’impact sur l’environnement. Car la maison recyclable qu’ils ont réussi à construire coche plusieurs cases. Sa mise en œuvre, écoresponsable, permet de s’affranchir de l’utilisation du ciment, un ingrédient clé pour l’élaboration du béton et qui a une empreinte carbone particulièrement élevée.

« De nombreuses technologies sont en cours de développement pour imprimer des maisons en 3D, mais contrairement à BioHome3D, la plupart sont imprimées avec du béton. Par ailleurs, seuls les murs en béton sont imprimés sur une fondation en béton coulée de manière conventionnelle. Une charpente en bois traditionnelle est ensuite utilisée pour compléter le toit. Contrairement aux technologies existantes, l’ensemble de la BioHome3D a été imprimé, y compris les sols, les murs et le toit. Les biomatériaux utilisés sont 100 % recyclables, nos arrière-petits-enfants peuvent donc recycler intégralement BioHome3D. », a déclaré le directeur général de l’ASCC.

Par ailleurs, en plus d’être écoresponsable, cette maison, grâce à sa technique de construction, permettrait de construire des habitations à des prix plus abordables, du fait de la réduction considérable de matériel et de main d’œuvre nécessaire pour son achèvement.

Les chercheurs ont expliqué avoir équipé leur prototype de plusieurs “capteurs de surveillance thermique, environnementale et structurelle” afin de tester les performances obtenues par cette maison écoresponsable durant l’hiver prochain. Les données ainsi collectées leur permettront d’améliorer leur technique pour de futures constructions.

Source : Engadget


Geoffroy Ondet
Journaliste
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.