Passer au contenu

Fibre optique : le déploiement ralentit et l’Arcep s’inquiète

Laure de la Raudière, la présidente de l’Arcep, tire la sonnette d’alarme devant un ralentissement du déploiement de la fibre, qui pourrait empêcher de procéder à la fermeture du réseau cuivre, sans compter les problèmes d’incidents sur les lignes existantes.

Laure de la Raudière, la présidente de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) a fait part de son inquiétude concernant le déploiement de la fibre optique en France. Elle constate un ralentissement inquiétant du rythme dans les zones denses et moyennement denses. Les opérateurs investissent désormais dans les territoires les moins denses, où ils bénéficient de l’aide des collectivités locales. Ce ralentissement pose un problème, car il empêche de pouvoir procéder à l’arrêt du réseau téléphonique historique, qui utilise des fils en cuivre.

En effet, le compte à rebours est déclenché : Orange, l’opérateur historique, a pour objectif de procéder à une fermeture commerciale du réseau cuivre d’ici janvier 2026, pour ensuite lancer une fermeture technique commune par commune jusqu’en 2030. Ce plan d’Orange a par ailleurs été critiqué par Free pour son manque d’ambition. Une phase de transition est actuellement en cours avec des expérimentations, comme le démantèlement du réseau dans la commune de Lévis-Saint-Nom (Yvelines) en 2021. Elle devrait s’achever en 2025. L’arrêt du réseau cuivre est prioritaire pour l’opérateur historique pour des questions de coûts d’entretien, mais aussi pour des raisons écologiques. Selon une étude publiée par l’Arcep et s’appuyant sur des données de 2020, les réseaux d’accès cuivre consomment en moyenne environ 35 kWh par abonnement, contre moins de 10 kWh pour les réseaux fibre.

L’arrêt du cuivre est donc nécessaire, mais rien ne dit qu’il sera possible dans les temps impartis, en particulier si la fibre n’est pas suffisamment déployée. Comme l’indique Laure de la Raudière à nos confrères du Figaro :

« L’Arcep valide les lots de fermeture du réseau cuivre. Nous pourrions demander à Orange de ne pas fermer sur certains lots s’ils n’étaient pas suffisamment couverts pas la fibre. »

Et même si un réseau fibre est disponible, il faut qu’il soit bien construit et bien exploité. Or 2 % des lignes, principalement en Île-de-France, posent un problème, car elles ont des taux d’incidents plus élevés que la moyenne. L’Arcep est régulièrement alertée par des difficultés rencontrées sur les réseaux FttH. Citons entre autres des utilisateurs débranchés au profit d’un nouvel abonné, la dégradation des armoires de rue, des déconnexions temporaires et des difficultés de raccordement. Ainsi, les opérateurs d’infrastructure Altitude Infra et XpFibre se sont engagés à procéder à des travaux de remise en état. Pour Altitude Infra, les travaux concernent 70 points de mutualisation (PM) couvrant environ 33 000 locaux, essentiellement dans l’Essonne et le Calvados. Ils devraient s’achever en mars 2023. De son côté, XpFibre s’engage à remettre en état 900 PM d’ici fin 2024, soit approximativement 400 000 locaux, majoritairement en Île-de-France et dans le Rhône.

Et il faudra aussi penser aux nouveaux clients, comme l’indique Laure de la Raudière :

« 50 % des abonnés au fixe sont passés à la fibre, cela signifie qu’il en reste encore 50 % à installer. Et ensuite, il faudra gérer les clients qui changeront d’opérateur. »

Enfin, l’Arcep souhaite qu’une labellisation des sous-traitants soit mise en place, pour que les travaux soient réalisés dans de bonnes conditions de sécurité et offrent une qualité suffisante pour l’exploitation de la fibre.

Source : Le Figaro


François BEDIN
Journaliste
Votre opinion
  1. Toutes les certifications ne servent plus pourtant qu’elles ont coûté aux entreprises et tout effacė par magie! Et deux opérateurs semblables à nos fameux mousquetaires vont résoudre les problèmes en un coup de cuillère à pot, bravo à l’ARCEP, leur Don Quichotte… aussi qui comme ORANGE ont supprimé leur vérification technique !

  2. Dans mon immeuble les installateurs n’ont pas respecté le câblage prévu.
    De ce fait 2 logements sur 10 ne sont pas raccordables… Une efficacité redoutable 🤦🏻‍♂️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.