Passer au contenu

Apple : une violente émeute éclate chez Foxconn, le principal fabricant d’iPhone

Foxconn, le partenaire d’Apple chargé de la production des iPhone, vient d’essuyer de violentes émeutes dans une de ses usines chinoises. Confinés depuis des semaines, les ouvriers accusent le sous-traitant de ne pas tenir ses promesses en matière de rémunération.

Ce mercredi 23 novembre 2022, de violentes manifestations ont eu lieu dans l’usine de Foxconn à Zhengzhou. La gigantesque usine, qui compte plus de 200 000 ouvriers, est chargée de la fabrication des iPhone. Pour rappel, Foxconn produit 70 % des smartphones d’Apple, la plupart dans la manufacture de Zhengzhou. C’est d’ailleurs là que les iPhone 14 sont fabriqués.

À lire aussi : La pénurie de semi-conducteurs finit par impacter le fournisseur Foxconn

De violentes manifestations

Sur des vidéos publiées sur Sina Weibo, le réseau social chinois, et sur Twitter, on aperçoit une foule de travailleurs défilant dans une rue. Certaines séquences montrent que les manifestations sont encadrées par des personnes en combinaisons blanches et la police anti-émeute. Une vidéo, dont l’authenticité a été confirmée par l’AFP, montre un homme au visage tuméfié et ensanglanté. Apparemment, les forces de l’ordre chinoises et les émeutiers sont entrés en conflit dans la matinée.

« Défendons nos droits ! », scandent les ouvriers de Foxconn, face aux forces de l’ordre.

Pendant la nuit, des cabines de tests Covid et des voitures ont été détruites par les ouvriers mécontents. Une partie l’infrastructure de l’usine, dont des portails, a été incendiée. Sur plusieurs vidéos, des agents de sécurité de Foxconn malmènent des ouvriers. En arrière-plan, un haut-parleur demande aux travailleurs d’éviter la zone :

« Tous les travailleurs, retournez s’il vous plaît à vos logements, ne vous associez pas à des éléments minoritaires illégaux ».

Les autorités chinoises ont tenté de censurer les messages évoquant les émeutes sur les réseaux sociaux. Le mot clé #EmeutesFoxconn a été promptement censuré. De son côté, Foxconn confirme que des manifestations violentes ont bien eu lieu sur le campus de Zhengzhou. D’après le communiqué publié par Foxconn, les manifestants se sont plaints des salaires, des conditions de travail et de la nourriture servie dans l’usine. La société taïwanaise dément par contre les rumeurs affirmant que les ouvriers doivent partager leur dortoir avec les personnes infectées par le coronavirus.

« En ce qui concerne toute violence, l’entreprise continuera à communiquer avec les employés et le gouvernement (chinois) pour éviter que des incidents similaires ne se reproduisent », déclare Foxconn.

La politique zéro Covid de la Chine

Ces manifestations surviennent après plusieurs semaines de confinement. Mi-octobre, Foxconn a en effet été contraint de confiner l’usine de Zhengzhou après la hausse des cas de Covid-19 dans la région. Sur ordre des autorités, Foxconn a imposé un confinement très strict à ses ouvriers. Dans la foulée, les 600 000 personnes vivant autour du site de Foxconn ont également été confinées par mesure de précaution. Contrairement aux autres nations, la Chine continue d’appliquer une politique de tolérance zéro envers le virus.

Face à des restrictions de plus en plus dures, de nombreux travailleurs de Zhengzhou, surnommé « iPhone city », ont choisi de fuir l’usine. Fin octobre, des centaines d’ouvriers ont déserté le complexe à pied. Sur des vidéos apparues en ligne, on aperçoit des travailleurs chargés de lourdes valises en train d’escalader le grillage qui encercle la manufacture.

Pour continuer à fonctionner malgré l’explosion des cas de Covid-19, le principal sous-traitant d’Apple a promis des bonus multipliés par quatre, soit 400 yuans (environ 55 euros), aux employés acceptant de rester sur place. Aux individus qui acceptent de travailler tout le mois de novembre, Foxconn s’est même engagé à un bonus supplémentaire avoisinant les 2000 euros. Ce sont ces promesses qui ont mis le feu aux poudres. D’après nos confrères de la BBC, certains travailleurs craignent que Foxconn ne respecte pas ses engagements.

« Ils ont modifié le contrat afin que nous ne puissions pas obtenir la prime comme ils l’avaient promis. Ils nous mettent en quarantaine, mais ne fournissent pas de nourriture. S’ils ne répondent pas à nos besoins, nous continuerons à nous battre », déclare un ouvrier.

Un autre ouvrir assure que Foxconn a changé unilatéralement les clauses de son contrat, afin annuler le bonus promis le mois dernier. Pour mémoire, ce n’est pas la première fois que des émeutes surviennent dans les infrastructures de Foxconn. En 2012, plusieurs milliers d’ouvriers se sont déjà mobilisés pour revendiquer de meilleures conditions de travail, occasionnant de nombreux dégâts dans une usine du nord de la Chine.

Source : BBC


Florian Bayard
Journaliste
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.