Discours de Greta Thunberg, sommet pour l’écologie à l’ONU, le 23 septembre 2019

Un site utilisant WordPress

Discours de Greta Thunberg, sommet pour l’écologie à l’ONU, le 23 septembre 2019

Mon message est que nous vous surveillerons.

Tout cela est une erreur. Je ne devrais pas être ici. Je devrais être retournée à l’école, de l’autre côté de l’océan. Pourtant vous venez nous trouver, nous la jeunesse, pour vous donner de l’espoir.

Comment osez-vous ? Vous m’avez volé mes rêves, mon enfance, avec vos mots creux. Et encore, je fais partie des chanceux. Des gens souffrent, des gens meurent. Des écosystèmes entiers sont en train de s’effondrer. Nous sommes au début d’une extinction de masse, et vous ne parlez que d’argent, et de contes de fées de croissance économique éternelle. Comment osez-vous ?

Depuis plus de trente ans le message de la science est limpide. Comment osez-vous continuer à détourner le regard, et venir ici dire que vous en faites assez, quand les politiques et les solutions dont nous avons besoin sont toujours inexistantes ? Vous dites que vous nous entendez, et que vous comprenez l’urgence, mais quelles que soient ma tristesse et ma colère, je ne veux pas le croire. Parce que si vous compreniez réellement la situation, et que vous continuiez pourtant à ne pas agir, alors vous seriez des monstres. Et ça, je refuse de le croire.

L’idée populaire selon laquelle réduire de moitié nos émissions en dix ans nous donne au mieux 50 % de chances de rester en-dessous des 1,5 degrés, et du risque de déclencher des réactions en chaîne irréversibles au-delà de tout contrôle humain. 50 % est peut-être acceptable pour vous, mais ces chiffres ne prennent pas en compte les points de bascule, la plupart des boucles de rétroaction, le réchauffement additionnel caché par la pollution toxique de l’air, ni l’aspect d’équité et de justice climatique.

Elle s’appuie aussi sur l’idée que ma génération aspirera des centaines de milliards de tonnes de votre CO2 de l’atmosphère, avec des technologies balbutiantes.

Alors ce risque de 50 % n’est simplement pas acceptable pour nous. Nous devons vivre avec les conséquences, avec une chance de 6 à 7 pour cent de rester sous la barre des 1,5 degrés d’augmentation de la température, dans le meilleur des scénarios donné par l’IPCC.

Le monde avait encore 420 gigatonnes de CO2 à émettre au premier janvier 2018. À ce jour, ce chiffre est déjà descendu à moins de 350 gigatonnes.

Comment pouvez-vous faire semblant de croire que ce problème peut être résolu en continuant à faire des affaires comme d’habitude, et en s’appuyant sur quelques solutions techniques ?

Avec les niveaux d’émission d’aujourd’hui, ce budget de CO2 restant sera entièrement dépensé dans moins de 8 ans et demi.

Il n’y aura aucune solution, ni aucun plan, présenté ici aujourd’hui qui prenne en compte ces chiffres, parce que ces chiffres sont trop dérangeants, et vous n’êtes pas assez mûrs pour dire les choses comme elles sont. Vous nous laissez tomber, mais la jeunesse commence à comprendre votre trahison. Les yeux de toutes les générations futures vous regardent, et si vous choisissez de nous trahir, je dis que nous ne vous pardonnerons jamais.

Nous ne vous laisserons pas vous en tirer comme cela. C’est ici, tout de suite, que nous posons la limite. Le monde se réveille et le changement est en marche, que cela vous plaise ou non.

Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.